Blog

Résultats du concours

Je remercie les 74 participants. 

Voilà les résultats après tirage au sort entre les bonnes réponses :

1er : Estelle Lavall  (un livre dédicacé + un bracelet + un marque-page)

2e : Afrae Ahouzi (un livre dédicacé + un bracelet + un marque-page)

3e : Elsa Nony (un bracelet + un marque-page)

4e : Salima Taifi (un bracelet + un marque-page)

5e : Cynthia Reigniez (un bracelet + un marque-page)

6e : Cyrielle Baynaud (un marque-page)

7e : Daniel Fattore (un marque-page)

8e : Méloë Jadaud (un marque-page)

9e : Mélanie Mikaljczyk (un marque-page)

10e : Nadège Lebrun (un marque-page)



Félicitation aux gagnants !



Les lots seront envoyés dans le courant de la semaine.

Concours Côté face !

Concours Côté face

 

Participez et gagnez un exemplaire de Côté face dédicacé, ainsi que des bracelets Côté face et des marque-page. Pour cela c’est facile il suffit de jeter un œil à l’extrait : "les cent premières pages",  et de répondre aux questions suivantes :

 

1— Où se déroule l’histoire ?

 

2— Où l’héroïne a-t-elle rendez-vous avec Nebel au chapitre 8 ?

 

3— Quelle est la particularité du chapitre 13 ?

 

Ne reste plus qu’à envoyer vos réponses accompagnées de vos nom, prénom et coordonnées avant le 30 septembre 2011 à :

 

Coteface_concours@yahoo.fr

 

 

1er et 2ème prix : un livre dédicacée + un bracelet + un marque-page

 

Du 3ème au 5ème prix : un bracelet + un marque-page

 

Du 6ème au 10ème prix : un marque-page.

 

(Les gagnants seront tirés au sort parmi les bonnes réponses, une seule participation au même nom.)

 

Bonne chance à tous !

 

Après...

Côté face est sorti en livre le 2 mai 2011.

Que s'est-il passé depuis?

Ben, pas grand chose en fait. Pour résumer :

- Partenariat avec le site Livraddict. seul 8 livres ont été attribués sur les dix offerts. Suite à cela 8 blogueuses l'ont lu et l'ont chroniqué. ( Acsylé, Alindra, Melisende, Niënor, agathe, Marion, Sara, Révérence Sateenkaari )

- Matilda/Ennola fait voyager son exemplaire. Une blogueuse en a été la première escale, elle a fait aussi une chronique.

- Trois librairies ont accepté le dépôt, elles n'en ont vendu aucun exemplaire.

- La séance de dédicace prévue pour le 18 juin a été repoussée au 2 juillet.

- 20 personnes aiment ça sur Facebook.

- 28 personnes disent vouloir le lire sur Livraddict. 12 livraddictiens  l'ont lu, la note moyenne est de 9,25/10 (8 votes)

-  544 visiteurs sont passés par le site de Côté face en mai (1622 pages vues) et 259 pour juin (683 pages vues), la majorité venant de Néoprof, visiteurs croyant vraisemblablement trouver un site de pédagogie, et donc n'étant pas intéressé par le roman.

- Il existe une fiche sur le site Babelio : Côté face , 4 critiques, note moyenne de 4,33/5

- J'ai été  contactée par deux blogueuses pour un partenariat.

- 13 exemplaires ont été offerts.

- J'ai vendu 26 exemplaires. La grande majorité par complaisance (18) donc à des gens pas du tout intéressés qui ne le liront sans doute jamais.

 

Bref, malgré toute l'énergie déployée, ça ne se vend absolument pas. finalement, je brasse de l'air pour pas grand chose.

Par contre, il existe actuellement 10 chroniques de blogeuses (vous trouverez les avis et les liens dans la section "ils en parlent"  du site) et j'en attends encore une. Toute ces critiques sont positives, voir très positives. Je ne comprends pas.

D'un côté, ces personnes n'ont aucune raison de faire une critique de complaisance. Je ne les connais pas et elles n'avaient jamais entendu parlé de moi avant le billet  de Matilda/Ennola sur son site pour certaines ou avant le partenariat Livraddict pour les autres. J'ai feuilleté leur blog et elles peuvent avoir la dent dure quand elles n'aiment pas. Il n'y a donc pas de raison apparente que leur avis ne soit pas sincère.

D'un autre côté, je n'arrive pas a y croire, à les croire. Sans doute leur avis est biaisé par je ne sais quoi, sans doute le fait de m'avoir croisée sur les forums, une indulgence pour une jeune auteure autoéditée, peut-être de la pitié... Je ne sais pas. Mais mon livre ne peut en aucun cas être aussi "génial" qu'elles le disent sinon pourquoi a-t-il été refusé par tous les éditeurs sans même passer la phase d'écrémage. Côté face n'a même pas eu l'honneur de passer par les comités de lecture, il a été recalé dès réception. Lire tous ces avis positifs, parfois enthousiastes et dithyrambiques, en fait, au début, c'est super agréable et puis je pense à tous ces refus et au gouffre qui sépare l'idée même du refus dès réception d'un manuscrit et l'avis des blogueuses.  C'est comme un immense sentiment d'injustice et d'amertume.

Pourquoi les blogueuses mentiraient-elles ?

Pourquoi les éditeurs ont-ils refusé le manuscrit dès réception ?

Il ne peut y avoir qu'une vérité. Mon livre est bon ou il est mauvais, il ne peut être les deux, d'un côté unanimement bon et d'un côté unanimement mauvais, ce n'est pas possible.

Alors mon livre il est quoi?

Invendus et invendables, ça c'est sûr. Il me reste 5 cartons de bouquins qui ne quitteront jamais leur emballage, 12 livres auront eu la chance de voir les rayons des libraires avant de revenir dans leur caisse. Je ne suis pas déçue, non, pas vraiment, je m'y attendais. Ce qui me fait mal, c'est d'avoir tant d'avis positifs (d'ailleurs, il n'y a même pas un avis un tant soit peu mitigé, que du positif et du très positif) alors que le livre est un tel échec. Succès d'estime dit-on, ben je préférerais avoir des critiques clairement négatives, au moins tout serait logique et en harmonie, et je saurais à quoi m'en tenir!

Il m'arrive de penser que je devrais refaire une tournée des éditeurs avec un manuscrit comportant des extraits et des liens vers les critiques, mais ce ne serait qu'une perte de temps, le livre est édité, autoédité, il est mort pour le monde de l'édition.  Je me suis tirée un balle dans le pied et il ne me reste que ce tirage parfaitement invendable pour me consoler.

Je termine l'écriture du Tome 2 (Noces de lune), j'en suis au chapitre 50 (sur les 60 prévus). Il y a....4 lecteurs qui suivent cette histoire. -_-   Il y a deux autres tomes prévus dans la logique de cette histoire mais a quoi bon perdre autant de temps et d'énergie pour une série sans lecteurs? Je n'écris pas pour moi-même mais pour être lu! Écrire des textes que personne ne lira jamais est une perte de temps et d'énergie. J'ai actuellement deux autres idée d'histoire:

- "Trois souhaits": l'histoire d'Agathe, 17 ans, qui, suite à un souhait, passe de 1915 à maintenant pour retrouver l'amour de sa vie (qui est mort dans les tranchées de la Première Guerre Mondiale) et elle se retrouve dans un foyer pour ados à problème... encore une romance fantastique carrément méchante.

- "La double vie de Sidonie Maréchal" : l'histoire de Sidonie Maréchal, 22 ans, en 1911, anarchiste et mêlée plus ou moins à la bande à Bonnot. Là, pas de fantastique, et la romance n'est pas l'élément central même si je n'ai pas pu m'empêcher d'en flanquer une.

Je pense que quand j'aurai bouclé Noces de lune, j'attaquerai Trois souhaits et je rangerai plus ou moins définitivement la série Côté face dans un carton aux oubliettes. J'aimerais bien être capable d'aller jusqu'au bout des quatre tomes, mais bon, sans lecteur c'est pas possible. Je dois en faire mon deuil.

Enfin voilà, je ne sais plus trop quoi penser, j'ai brassé beaucoup d'air pour rien en fin de compte. Je suis fatiguée et j'ai envie de jeter l'éponge sur toute cette histoire.

Je remercie les rares lecteurs de ce blog et de Côté face.

 

Merci! 

 

Anne

 

 

Partenariat avec Livr@ddict

Pour le lancement de Côté face en livre, il a été organisé un partenariat avec le site Livr@addict

Livr@ddict est une communauté de passionné de lecture. Un forum, un blog, un webzine, un bibliothèque virtuel avec des fiches sur les livres (la fiche de Côté face)

Le partenariat avec Livr@ddict

Le principe : un livre gratuit en échange  d'un article sur un blog de lecteur.

10 livres à gagner!

 

Plus que deux jours.

:)

Côté face autoédité!

 

Côté face sera disponible à la vente à partir du 2 mai

Ici même (si j'arrive à configurer la boutique) et sur la plateforme de vente du site  du prestataire de service qui fabrique le livre (Lulu.com)

ISBN : 978-2-9539141-0-8

EAN : 9782953914108

449 pages - 18€

 

J'suis trop contente mais c'est beaucoup de travail.

Pour l'occasion, j'ai créé une page facebook (oui, vous avez bien lu, moi, une anti-facebook acharnée j'ai ouvert une page facebook, qu'est-ce qui ne faut pas faire pour faire sa promotion) : Côté face sur facebook

Raison-et-sentiment, une lectrice de longue date, a déjà fait un billet sur son blog de lecture : Côté face sur Raison-et-sentiment.

Rhalala, ça va être vite venue le 2 mai... et il restant tant à faire.

 

 

Comme on me pose une certains nombres de question concernant l'autoédition, je copie/colle un article que j'ai écrit et publié sur un forum d'auteur amateur :

 

Donc pour autoéditer, il faut prendre la casquette d'éditeur. Le plus simple: prendre le statut d'autoentrepreneur. (il vaut mieux être prudent avec l'état et faire ça le plus légalement possible)

Dans les grandes lignes, le statut d'autoentrepreneur permet d'obtenir un N° Siret, et oblige à une déclaration de Chiffre d'affaire trimestriel, et on verse 13% du chiffre d'affaire à l'état (c'est à dire 13% du total des sommes perçues) ce qui comprend: cotisation URSSAF, RSI, Sécu, et impôt sur le revenu, mais on n'est pas soumis à la TVA.

(Plus d'info sur le statut d'autoentrepreneur sur le site officiel, à bien lire et ne pas hésiter à se renseigner auprès des administrations compétentes.)

 

Bien, maintenant qu'on est légalement et officiellement autoéditeur (ou éditeur tout court si le coeur vous en dit, car vous pouvez éditer ce qui vous voulez maintenant) on se tourne sur l'aspect légal du livre.

- On commence par l'AFNIL, pour avoir un n° ISBN.

 

- Après on va voir la Bnf pour faire le dépôt légal : 2 exemplaires du livre le mois de sortie dernier délais (mais 1 seul exemplaire si le tirage est inférieur à 300 exemplaires.)

Attention, s'il s'agit d'une publication destinée à la jeunesse, il faut déposer, en plus, cinq exemplaires de chaque livraison ou volume de cette publication dès sa parution au Ministère de la justice. (Cependant, si le nombre d'exemplaires est inférieur ou égal à 300, il ne faut déposer que deux exemplaires).

 

- Référencement sur les bases de donnée des libraires, nous n'avons accès qu'a Dilicom (Electre étant réservé aux gros éditeurs) Le référencement est gratuit par contre pour recevoir les commandes des libraires il faut payer ( 77€/an pour de 1 à 5 livre). Attention, les libraires en ligne comme Amazon, ne fonctionnent pas avec Dilicom et il faut donc se faire référencer chez eux via un intermédiaire comme cyber-scribe

 

Les mentions légales que doit comporter le livre :

- sur la couverture, Isbn, prix, code barre générer grâce au numéro EAN ( N° fourni par l'afnil en même temps que l'isbn)

- Intérieur: au verso de la page titre mention des copyrights (© + nom de l'éditeur + année de la sortie de la première édition), titre, nom de l'auteur, nom et raison social de l'éditeur, isbn (et si besoin le rappel de la loi sur les publications destinée à la jeunesse en gras). Dernière page: date du dépôt légal, le nom et l'adresse de l'imprimeur, la date d'impression, isbn

Dans le cas d'une œuvre destinée à la jeunesse, en dernière page recto ou verso, doit être mentionnée :

- la loi n° 49.956 du 6 juillet 1949 sur les publications destinées à la jeunesse.

- le prix du livre en euros par impression ou étiquetage (l'étiquette porte également le nom de l'éditeur).

(J'espère n'avoir rien oublié)

 

Concernant le prix du livre (légalement: principe du prix unique du livre, le prix est imprimé sur la couverture).

Il faut savoir avant de fixer son prix:

- Les libraires prennent/gardent 30 à 40% du prix du livre, (sans compter le prix des frais de port qui est à la charge de l'éditeur si le libraire commande le livre via Dilicom)

- 13% vont à l'état (si statut d'autoentrepreneur)

(Vi, là on est déjà à plus de 50% du prix du livre)

- Le coût de fabrication qui varie selon le nombre d'exemplaires imprimés.

 

 

Vendre le livre:

- via le web, en vente directe...

 

- Les libraires:

- dépôt en librairie, selon le bon vouloir des libraires démarchés, il peut prendre et vendre des ouvrages. Il gardera 30 à 40 % du prix de vente du livre. il faut faire alors un bon de dépôt mentionnant nombre de livres mis en dépôt, date, pourcentage de rétrocession... (attention pour les grosse chaine de librairie telle la Fnac ou les supermarchés, il faut se faire référencer auprès de la maison mère avant de démarcher les responsables de rayon/structure)


 

La promotion et la vente.

Une fois l'oeuvre écrite, le livre formaté et publié, l'auteur/éditeur déclaré... bref maintenant qu'on a dépensé plein de sous et de temps. Il reste à le vendre ce livre, et pour le vendre il faut aller chercher les lecteurs et les amener au livre. (Ce qui est le principe inverse des éditions classiques.) sinon vous n'allez pas en vendre des masses.

 

Donc voilà quelques pistes:

 

* La mise en dépôts chez les libraires

Il faut démarcher libraire par libraire, qui peut vous envoyer paître (ce qui est souvent le cas, parce qu'on est beaucoup à les solliciter). S'il est d'accord, il faut faire un bon de dépôt où on note le nombre de livre mis en dépôt, le pourcentage de rétrocession (de 30 à 40% du pris du livre) et le délais avant que vous deviez reprendre vos livres.

Attention pour les grosse chaine de librairie telle la Fnac ou les supermarchés, il faut se faire référencer auprès de la maison mère avant de démarcher les responsables de rayon/structure. Et pour les libraires en ligne il faut passer par des intermédiaires tel que Cyber-scribe.

 

* Via Dilicom. Les libraires commandent les livres (ou du moins un gentil lecteur commande chez son libraire), le libraire garde de 30 à 40 % du prix du livre et les frais d'envoi du livre sont pour votre pomme. 

 

** La vente via la plateforme de vente du prestataire qui fabrique le livre.

Bien sûr, dans le cas où vous passez par un prestataire.

Si vous n'allez pas chercher les acheteurs vous-même, vous ne vendrez rien (mais absolument rien) malgré toutes les promesses qu'aura pu vous faire le prestataire.

(ce que j'appelle prestataire: éditeur à compte d'auteur (Ed. Baudelaire, Bénévent...) , édition à la demande (Le manuscrit...), fabricant (Lulu.com...)... Il existe des structures plus flou à cheval sur plusieurs genre (theBookEdition, In Libro Veritas...) entre le fabricant et le compte d'auteur mais en général elles se tournent de plus en plus vers le modèle de Lulu...)

 

 *** La vente directe.

Vous avez votre carton de livres à la maison et fait votre déclaration d'auteur/éditeur, vous avez parfaitement le droit de vendre votre oeuvre directement aux lecteurs. 

 

1) à vos amis, collègues, connaissances, votre famille... (c'est assez limité et pas forcément bien vue)

 

2) Dans les foires, festival, salons du livre...

Il faut vous tenir au courant des manifestations, vous inscrire, organiser votre stand... et y passer de longues heures derrière une table dans l'indifférence générale.

Pour attirer le chaland, vous pouvez jouer les VRP avec paquet de flyer en mains et accoster les badauds. Il paraît qu'on peut vendre une vingtaine de livre/jour s'il y a du monde.

 

3)Via internet.

- Le site perso à faire soi-même 

- eBay

- Priceminister

- Libertybook (plateforme où les auteurs peuvent créer leur page perso et qui gère une interface de vente)

 

 

Quoi que soit le mode de diffusion de votre texte, il faut penser à laisser une assez large extrait et à faire une bonne présentation du texte. Ben vi, les lecteurs n'achèteront jamais un livre dont ils ne savent rien d'un auteur inconnu autoédité.

 

 

 

Bien maintenant qu'on sait comment on va vendre notre oeuvre, comment aller chercher des acheteurs?

Déjà il va falloir particulièrement bien cibler le lectorat potentiel. ( Un témoignage sur la guerre d'Algérie se vendra mal je pense chez les demoiselles de 15 ans, et une romance à la Twiligth n'intéressera pas un homme de 60 ans...)

 

* La presse.

Vous devriez sans trop de mal pouvoir faire passer vous et votre oeuvre dans le journal local via les correspondants locaux.

Pour le reste il vous faudra constituer un dossier de presse et l'envoyer à qui de droit dans les journaux, magazines, webzine, radio, télé (l'espoir fait vivre Rigolant).

 

* Le flayer/marque-page publicitaire à distribuer dans tous les endroits où peuvent frayer votre lectorat (librairie, bibliothèque, école, collègue, lycée, club des aînés, club étudiant...)

 

* En devenant un hyperactif des forums, votre site mis sur votre profil, dans votre signature, il y a toujours quelqu'un pour aller voir de quoi il retourne... et c'est encore plus efficace sur des sites d'écriture/lecture.. quoique, le forum pro où j'interviens depuis des années a drainé beaucoup de visite sur mon site.

 

* Se faire un petit nom dans le milieu des auteurs amateurs (bon il faut des années pour se faire un petit nom en fait et il faut publier plein plein plein...) vous aurez quelques fans prêt à faire n'importe quoi (qui font n'importe quoi parfois, j'ai des preuves, et pas seulement de vous menacer de vous enfermer dans une cave), et qui vous aideront dans votre campagne promotionnelle.

 

* Les blogs

- Le votre, of-course, mais un blog ça s'entretient, ça se fait vivre, ça prend du temps, il faut avoir de quoi causer... donc mieux vaut ne pas le créer juste dans ce but je crois...

- les blogs de passionnés de lecture (vous en avez peut-être dans vos ami(e)s, ce qui peut être bien pratique). Plus difficile d'accès, vous pouvez toujours les contacter pour le proposer de leur offrir un livre en échange d'un billet. On appelle cela un partenariat. Mais attention, c'est à double tranchant parce que le blogueur pour vous descendre en flamme.

En général, les partenariats s'organisent via des sites/forum regroupant les passionnés de lecture. Ils faut déjà les contacter, puis il faudra offrir et envoyer les livres.

 

 

* Les sites de référencement.

Je ne sais pas si cela apporte vraiment des lecteurs, en général il s'agit juste de gros catalogues.

 

* Facebook

les amis de vos amis sont vos clients potentiels... on peut créer une page pour un livre à partir d'un compte perso...

 

* La publicité ciblée online: Google adwords, Facebook... (vous repérez les bandeaux publicitaires sur les sites et cherchez l'indication "votre publicité ici", ça vous conduira vers le prestataire)

On choisie le publique cible ou les mots clefs ou la fréquence... on paye en général au clic (ben vi c'est payant) c'est à dire que quand un pigeon internaute clique sur votre annonce, vous payez une certaine somme (tarif selon opérateur mais de 0,05€/clic à 1,5€/clic d'après ce que j'ai vu) Vous choisissez aussi la date et la durée de la campagne et/ou la somme totale mise sur la campagne.

 

* la publicité pas trop ciblée et locale

- dos de ticket de caisse (vous aviez jamais remarqué, parfois y'a de pub derrière, vous y trouverez aussi les coordonnées de la régie publicitaire.)

- Les publications locales genre "Ker-Plouc en poche"

 

 

Voilà, j'ai fait à peu près le tour de ce que j'ai pu cogiter. Si vous avez d'autres pistes, d'autres idées je suis preneuse parce qu'après tout ça, moi, je sèche.

 

Enfin voilà. Je pense que ça fait à peu près le tour du problème. (Et j'espère ne pas avoir laissé trop de fautes.)

:)

 

Anne 

 

 

Côté face en livre.

Bonjour,

Comme montrer quand le billet précédent, j'ai fait imprimer un livre de Côté face. Je l'ai reçu cette semaine.  J'ai dû passer toute une soirée à le regarder, à le feuilleter, à le tripoter dans tous les sens. Trop contente, même si ce n'est pas un vrai livre édité par un éditeur. Bon au moins je sais à quoi ressemblera le livre en auto-édition.

J'ai pris quelques photos.

La couverture (je floute mon nom, car l'important ce n'est pas moi, mais bel et bien le livre):

 

La tranche (450 pages, ça fait une certaine épaisseur):

 

Et l'intérieur (c'est un peu imprimé petit mais en augmentant la taille de la police seulement d'un point, ça augmente la longueur de plus de 50 pages, et comme on paye à la page...)

Sinon, Côté face avait été publié en ligne sur plusieurs sites pour auteurs amateurs lors de son écriture (il n'est plus disponible depuis que je me suis lancée dans l'aventure éditoriale), j'avais reçu de nombreux commentaires de lecteur. Bien évidement j'ai archivé tous ces précieux commentaires mais je ne les avais jamais compté. C'est chose faite. Il y en a 767.

Impressionnant.

J'en avais seulement estimé le nombre à 600 et je trouvais déjà cela beaucoup... Promis, je vous ferai un petit échantillon.

 

Sinon le site a dépassé les 2500 visiteurs et approche de 7000 pages vues. Ce n'est pas si mal pour un site aussi confidentiel. :)

 

Sinon je suis toujours en attente de la dernière réponse d'éditeur. Le 27 février cela fera six mois qu'ils ont reçu le manuscrit. Un peu inquiète j'ai réussi à avoir des nouvelles d'où en était mon manuscrit. Il n'est toujours pas passer au premier écrémage avant le comité de lecture. En gros, ils n'ont même pas ouvert "l'enveloppe" (même si comme ils utilisent une plateforme de dépôt de manuscrit numérique, il n'existe pas d'enveloppe). Par ailleurs leur site affiche actuellement plusieurs appel à texte (pollar, thriller... bref rien à voir avec le genre de CF) et ils m'ont donc répondu qu'ils étaient submergés de travail et donc que mon manuscrit ne serait pas examiné de suite.

Je me demande bel et bien si c'est intéressant de persévérer chez cet éditeur. Ils se vantent beaucoup de leur comité de lecture citoyen, de prendre le temps de lire les manuscrits d'auteur inconnu... mais finalement ne serait-ce pas qu'une arnaque pour attirer du monde sur leur site et leur vendre leur bouquin? Une belle promo sur le dos des auteurs en mal de publication?

On m'a conseillé aussi de me tourner plus vers les petits et micros éditeurs, qui sont (soi-disant) plus ouverts aux jeunes auteurs, plus investis dans leur publication. On m'a même donné des liens. Mais il se révèle souvent que ces éditeurs n'ont aucune diffusion et les ouvrages ne sont ni sur Dilicom* et encore moins sur Electre* et que donc on ne peut acheter les livres que sur le site de l'éditeur.

Question: Intérêt d'un livre introuvable pour le commun des mortels comme ma maman ? Autant l'autoéditer, non?  Surtout qu'en autoédition, je reste seule maître de mon texte et donc peux en faire ce que bon me semble. Le prestataire par lequel je suis passée pour le tirage privé (cf. plus haut et billet précédent) propose aussi le déposer l'isbn et d'inscription sur Dilicom de l'ouvrage (Dilicom le rend disponible pour les libraires en ligne tel que Amazon, Chapitre, La Fnac..., mais pas pour les libraires traditionnels ou du moins pas pour la grande majorité, car eux utilisent uniquement Electre)

J'ai beaucoup réfléchi cette semaine à ça.

Mais comment attirer les lecteurs?  Parce que là, la promo/diffusion c'est pour bibi et uniquement pour bibi. Il faut envoyer les lecteurs acheter le livre. Mais comment trouver des lecteurs?  C'est que je n'ai pas le temps de me transformer en agent de presse, de me taper tout les salons et autre fête... bref je suis auteur et pas VRP.

Il m'est alors venu une idée. En passant par l'autoédition je reste seule maître des droits du texte. (je sais, je me répète un peu là) et donc si ça me chante, je peux mettre le texte aussi en ligne. Les plateformes de publication d'auteurs amateurs drainent un certain lectorat et on y publie de manière feuilletonante les histoires, chapitre par chapitre, ce qui permet d'avoir une certaine visibilité au fil des semaines. (Côté Face compte 49 chapitres, en publiant un chapitre par semaine, il faut pas loin d'un an pour que l'histoire apparaisse en entier, ce qui représente un temps de visibilité assez long) Et si un texte intéresse vraiment, le format papier devrait intéresser aussi, non? (parmi les lecteurs de CF de la première heure, certain ont déjà "réservé" leur exemplaire du livre) En fixant le prix de l'ouvrage pas trop cher, il devrait se vendre un peu (certes si j'en vends cinquante exemplaires de la sorte, ce sera énorme, mais bon, ce sera mieux que rien du tout, non?)

Ensuite j'ai réfléchi à des partenariats avec des sites de passionner de lecture et de blog de lecteur, j'ai quelques liens, mais là ça va me coûter l'envoi d'exemplaires gratuits (en échange de critique sur les blog... critique étant libre et pouvant être négative, bref un peu dangereux quand même comme procédé.)

Bref, je réfléchis à comment faire ma promotion le plus efficacement possible.

Enfin voilà.

Là je suis en vacances pour les deux prochaines semaines. Je dois absolument avancer l'écriture de Noces de Lune (le deuxième opus de Côté face), j'ai attaqué le chapitre 38 il y a presque trois semaines mais n'ai guère avancé depuis. Et il faudrait aussi que je finisse de corriger GothicLolita412 (petit roman écrit juste après Côté face) parce que ça traine depuis un long moment. Et il faudrait que je termine d'écrire le dernier chapitre de Deux sorcières et demie qui attend depuis bien plus longtemps encore. Et puis on me réclame le chapitre 11 de la honte de Meredith Cullens ...

Je vais avoir deux semaines bien rempli. :D Je ferais bien de m'y mettre de suite.

 

Bonne journée/nuit à tous.

:)

 

 

 

 

(*Dilicom et Electre sont les bases de donné des libraires, donc si l'ouvrage n'est pas dessus, il n'existe pas pour les libraires)

 

Un peu de rêve.

C'est dingue comme une simple page internet peut vous faire rêver. Capture d'écran d'un site de vente en ligne :

Je crois que je viens de passer une partie de l'après-midi à admirer cette page.

Je me fais beaucoup de mal aujourd'hui!

En effet cette page n'existe pas pour le commun des mortel, il s'agit en fait seulement d'un tirage privé (un seul exemplaire sera imprimé, c'est pour un cadeau). Le site est juste un imprimeur prestataire de service, mais même si on fait une impression privée, il génère une page de vente. C'est assez bizarre comme sensation...

Enfin bref, ça me laisse rêveuse.

Sinon toujours aucune nouvelle du dernière éditeur, ça fera six mois le 27 février qu'ils ont reçu le manuscrit.

 

Surprise de lecteur...

Mes chers lecteurs,

Vous qui me suivez depuis presque dix ans pour ceux de la première heure. Vous sans qui mes textes n'auraient pas de raison d'être. Vous que j'adore...

En dix ans, vous avez été des centaines à lire ma trentaine de textes publiés en ligne, vous m'avez envoyé plus d'un millier de commentaires... certains d'entre vous m'ont même envoyé de petits cadeaux. Je les ai tous gardés (du moins les emballages), là preuve:

 

Enfin voilà les petits cadeaux reçus jusqu'à cette semaine, des petites choses sans grande valeur pécuniaire mais qui font trèèèèèès plaisir et ont une grande valeur sentimentale pour moi. La collection s'est agrandi cette semaine. Mercredi j'ai reçu ceci:

  

 Voui, voui, c'est bien ce que ça semble être, une parure de crayon Mont Blanc. Il y en a pour presque la moitié de mon salaire (vi, je sais on n'est pas sensé chercher à savoir le prix d'un cadeau). Je n'ose même pas y toucher de peur de les abîmer. Il va falloir que je m'en remette.  Mais promis je l'utiliserai pour signer les contrats d'édition de mes oeuvres (c'est à dire que je ne les utiliserai jamais).

 

Décidément, les lecteurs nous font parfois de drôle de surprise.

Merci merci merci à vous!

 

 

 

Un an...

Aujourd'hui, cela fait très exactement un an que j'ai écrit le dernier mot de cette histoire... Le temps passe.

En un an que s'est-il passé?

Déjà plusieurs mois de relecture. Ensuite première salve d'envoi de manuscrit aux maisons d'Edition suivi de plusieurs mois d'attentes pour n'aboutir qu'à un monceau de lettres de refus et de retour de manuscrits même pas ouvert. Nouvelle relecture, re-travail du texte, deuxième salve d'envoi dont j'attends encore les dernières réponses. Je n'ai guerre d'espoir en fait.

Je suis sur d'autres projets.

Une idée chasse l'autre.

 

 

C'est la rentrée!

Hé voilà, ce qui devait arriver arrive: les vacances sont terminées!

Qu'est-ce que ça passe vite!

Sinon le site approche des mille visiteurs (994 au moment où j'écris). Pour un site pour le moins confidentiel je trouve ça super. Bon je sais que par rapport à la blogosphère c'est peu, très peu même, mais étant une no-life et le site ne parlant que de mon histoire, je relativise énormément.

Sinon les petites nouveautés du site:

- Vous pouvez dorénavant laisser des commentaires directement sur les chapitres (le formulaire est en bas de page)

- J'ai mis en place une newsletter qui a pour seul but d'avertir les inscrits de la sortie de Côté face en livre (c'est gratuit et ça n'engage à rien)

- j'ai mis à jour les chapitres qui étaient déjà en ligne.

- mise en ligne du chapitre 12

 Je n'ai toujours pas trouvé comment insérer les boutons "précédent" et "suivant" pour facilité la navigation d'un chapitre à l'autre car je suis une quiche en informatique.

 

Pour finir, le manuscrit de Côté face est parti chez un nouvel éditeur. Il n'y a plus qu'à attendre le lettre de refus. (Je ne me fais pas d'illusion sur mes chances)

Enfin voilà.

:)

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site