L'avis de Melisende, blog "Bazar de la littérature"

L'avis de Melisende/Dame Meli, blog "bazar de la littérature"

chronique : Côté face de Anne DENIER 

Publié le 20 mai 2011 

_______________________________________________________________________________________________________________

Mon Avis :


'
Il y a quelques temps déjà, Matilda nous avait parlé de Reveanne (pseudonyme d’Anne Denier) et de ses textes. Plus récemment, la demoiselle nous avait présenté Côté Face, avec beaucoup de persuasion (elle est plutôt douée pour ça !). Faisant confiance à Matilda et étant définitivement tombée sous le charme de l’illustration de couverture (avouez que ce tableau signé Giovanni Boldini, ne laisse pas indifférent !), j’étais partante pour le recevoir en livre voyageur… avant d’apprendre avec joie que j’avais été choisie pour le partenariat spécial organisé entre l’auteure et Livraddict. Alors, avant toute chose, les remerciements s’imposent : merci à la team pour ce nouveau partenariat, et surtout, merci à Anne Denier pour l’envoi de son livre et toutes ses petites attentions (un papier cadeau doré, un beau marque-page aux couleurs de l’ouvrage et une petite enveloppe décorée rappelant les « conditions » du partenariat). Merci !
Intriguée par la quatrième de couverture, j’ai ouvert le livre sans me douter une seconde de ce que j’y trouverais. Quelques jours plus tard, j’en suis ressortie ébranlée. Côté Face est un texte surprenant par bien des points, touchant, émouvant, effrayant, dérangeant… en un mot (enfin, plutôt cinq) : il ne laisse pas indifférent ! Marquée par certaines scènes et par l’intrigue en générale, Côté Face risque de m’accompagner encore quelques temps… jusqu’à la lecture de la « suite » - Noces de Lune - que j’attends d’ores et déjà avec impatience !
'
La quatrième de couverture est terriblement intrigante, mais ne révèle pas grand-chose. Pour ceux qui ont envie d’en savoir plus, je me permets un petit résumé (sans spoiler, enfin, j’essaye !).
Elle est en retard pour aller au lycée. Hors d’elle à cause du chien de son petit frère qui lui a volé une de ses Converse, elle ne se rend pas compte qu’elle sort de chez elle, des plumes dans les cheveux. Quelques minutes plus tard, installée dans le tramway de Montpellier, alors qu’elle lève les yeux vers les autres voyageurs, elle découvre le plus beau garçon du monde qui lui sourit et ne la quitte pas des yeux. Gênée, elle lui sourit en retour puis, se touchant les cheveux, s’aperçoit, mortifiée, de l’état de sa coiffure. Le lendemain, après une nuit de cauchemars, elle découvre collée sur les vitres de tous les tramways… une photo d’elle des plumes dans les cheveux ! Et au verso du papier, un lieu et une heure de rendez-vous ! Nouvelle nuit d’insomnie. Alors qu’elle s’apprête à descendre dans la cuisine familiale pour tuer le temps jusqu’au matin, elle chute dans les escaliers… Réveillée à l’hôpital, elle ne sait plus qui elle est et ne reconnaît plus personne. Tous ses souvenirs ont disparu. Tous ? Non, peut-être pas… des images d’un autre temps lui traversent l’esprit… d’où viennent-elles ?
'
S’il y a bien une chose que je retiendrai de cette lecture, c’est son atmosphère. Lourde, pesante, dérangeante, parfois même à la limite du malsain, elle n’en est pas moins débordante de suspense… jusqu’à la toute dernière page !
L’intrigue est évidemment la première cause de ce climat, mais l’héroïne n’y est pas non plus étrangère… Dans les premières pages, elle n’est qu’une adolescente normale, qui va au lycée en prenant le tram et porte des Converse… Mais bien vite, on perçoit qu’il y a un truc louche en elle. Pour commencer, elle n’a pas de prénom. Le texte étant à la première personne du singulier, on ne la connaît que par ce « je » finalement si « impersonnel »… Son entourage semble ne jamais l’appeler par son prénom, comme si elle était détachée de ce monde. Parallèlement, et au contraire, on finit par apprendre le prénom qu’elle portait et de nombreux détails… de son autre vie ! Parce que cette héroïne, c’est deux côtés : le côté pile… et le côté face ! Et ces deux côtés opposés expliquent sans doute les réactions et choix parfois étranges, et le malaise qui en découle…
'
Pour en revenir à l’intrigue, vous l’aurez compris (ou pas), il s’agit d’une histoire de « vie antérieure » et de réminiscences. Et également d’une histoire d’amour. Mais le traitement de l’ensemble est si original, si sombre et torturé, si mature… que Côté Face n’a absolument rien à voir avec les textes gentillets qui pullulent en librairie en ce moment et se ressemblent tous !
Je félicite l’auteur pour la narration et le « rythme » de celle-ci. Des flash-back sont insérés entre deux chapitres de la vie « actuelle » de l’héroïne, mais ils ne sont pas présentés dans l’ordre chronologique mais d’une façon particulièrement étudiée et pertinente. Les pièces du puzzle se mettent en place petit à petit, sans aucune difficulté de compréhension (une narration non « linéaire » est parfois difficile à suivre, mais ce n’est absolument pas le cas ici) ; c’est parfaitement maîtrisé, bravo !
'
Maîtrisée l’est également la plume. J’ai noté l’importance accordée aux détails (notamment lorsqu’il s’agit de dépeindre les tenues « anciennes ») qui nous offrent de jolies descriptions pertinentes. Anne Denier sait éviter le piège qui peut parfois accompagner les détails foisonnants : les descriptions sont présentes, mais pas interminables ; un juste milieu qui me plaît.
Quant aux dialogues, certains peuvent parfois sembler « banals » (discussions entre ami(e)s par exemple) ou au contraire, assez « étranges » en contexte, mais j’ai eu l’impression que tous avaient leur importance, leur rôle à jouer ; un peu comme des indices disséminés dans chaque page et qui trouvent leurs explications par la suite… Le meilleur exemple étant ce fameux : « Te séduire, t’emmener, te torturer, te violer et t’assassiner » qui prend tout son sens dans les dernières pages.
'
Avant de remercier une nouvelle fois Livraddict et Anne Denier, je tiens à féliciter cette dernière pour le livre en tant qu’objet. J'ai déjà fait part de mon engouement pour l’illustration de couverture, j’aimerais également saluer la qualité de cette auto-édition. En effet, pour un travail « d’amateur » (si je peux dire), je n’ai quasiment pas relevé de coquilles (je me souviens juste de l’oubli d’un point à la fin d’une phrase, autant dire rien du tout [J'ai refeuilleté le livre rapidement ce matin, et je ne trouve plus cet oubli, j'ai peut-être rêvé, tout simplement !]), ce qui est d’autant plus appréciable. Un dernier bravo pour le choix de la quatrième de couverture, intrigante et séduisante, juste ce qu’il faut !
'
Anne (je me permets d’utiliser ton prénom), je te souhaite beaucoup de succès dans les mois et années à venir. Un succès qui serait bien plus mérité que celui de certains textes ultra médiatisés par les grandes éditions… Tu peux déjà compter sur moi pour Noces de Lune (on peut lire les premiers chapitres ici) ! [Précisions apportées par Anne pour Noces de Lune : Juste un détail par rapport à "Noces de Lune", La version publiée en feuilletons sur l'Encrier est une version de base où je me "lâche", c'est int-18 car certains passage sont très violent (le chapitre 29 est à prendre avec précaution, d'ailleurs c'est quasiment uniquement à cause de ce chapitre que l'AMR est si élevé). La version livre sera "édulcoré" pour rester dans la lignée de Côté face. Ha, et aussi, c'est du texte brut, avec coquilles et fautes qui piquent les yeux. Il y aura plusieurs dizaines de relecture et de corrections du texte avant sa finalisation et la réalisation de la maquette du livre.]


Les Petits [ + ] : Une atmosphère pesante, dérangeante et pleine de suspense… en un mot : marquante ! Une héroïne qui change de celle qu’on a l’habitude de suivre. Une histoire d’amour et de « vie antérieure » qui n’a rien de banale. Un rythme narratif et une plume particulièrement maîtrisés. Un livre auto-édité de qualité : superbe illustration, quatrième de couverture intrigante, et quasiment aucune coquilles !
Les Petits [ - ] : Une atmosphère à la limite du malsain parfois (la citation de la quatrième de couverture donne une assez bonne idée) qui peut gêner quelques lecteurs mais c’est, personnellement, ce qui me marquera le plus et ce qui fait, je pense, la force et l’originalité du texte !




J'ai profité du passage d'Anne sur mon suivi lecture sur Livraddict, pour lui poser une ou deux questions, les voilà, avec les réponses ! :)

Question 1 - As-tu fait beaucoup de recherches historiques (je pense notamment aux vêtements d'époque, plusieurs fois tu décris habilement les tenues de la demoiselle) ou est-ce un domaine qui te plaît particulièrement ?
Réponse 1 - J'ai fait beaucoup de recherches documentaires pour essayer de faire que chaque détail soit parfaitement d'époque. (J'avoue j'adore ça aussi.) Je suis ultra perfectionniste, si je ne trouve pas le détail exact pour la scène, je modifie la scène. Je n'aime pas les récits historiques où le décor tient plus du fantasme et de la série B en carton pâte que d'une réalité quelconque, ça m'horripile.

Question 2 - Est-ce ton premier roman ? Parce que si c'est le cas, je te félicite d'autant plus pour la construction de celui-ci et la mise en place des "flash-back", franchement, c'est bien joué !
Réponse 2 - Non, ce n'est pas mon premier roman. J'ai déjà publié deux livres jeunesses (que j'essaie d'oublier), mais des histoires de taille roman, Côté face est mon quinzième roman ; tout texte confondus, c'est mon trentième texte. Cela fait plus de dix ans que j'écris. Bref beaucoup de travail d'écriture en amont de ce livre, donc rien d'extraordinaire.


 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site