L'avis de Paikanne, blog Le monde de Paikanne

L'avis de Paikanne, blog Le monde de Paikanne

Côté face, Anne Denier

Publié le 12 septembre 2011 

__________________________________________________________________

Circonstances :

quelques billets élogieux lus sur le net ainsi qu’un détour via le site de l’auteure m’ont convaincue de me procurer le roman (et pourtant il devient rare que j’achète des GF car mon portefeuille grogne). Je dois avouer en outre que si j’avais dû me baser sur la couverture pour me décider, j’aurais passé mon chemin car elle ne m’accroche pas du tout… et j’aurais indéniablement loupé quelque chose. Commencé en "lecture du soir" le jeudi, je l’ai terminé deux jours plus tard en lecture "de toute la journée" car il devenait difficile de le lâcher…

Mon avis :

l’écriture est fluide, agréable et se révèle une porte d’entrée efficace vers un double monde, à savoir celui d’une lycéenne en fin de terminale (rhéto chez nous) et un passé qui nous replonge délicieusement au début du XIXe siècle. Pour être précise, je me dois de dire que le "délicieusement" s’applique à la précision relative au contexte historique, car qualifier l’action de "délicieuse" serait mal à propos. Encore que…

Mais je reviens à notre lycéenne : point de prénom pour elle, ni d’une manière générale pour les protagonistes du présent qui sont nommés de manière générique, en l’occurrence "mon père, ma mère, mon frère, ma meilleure amie, Quasimodo, N°1 (charmant), N° 2… alors que ceux du passé reçoivent effectivement un prénom. Pour les rendre davantage réels ?

Un jour d’avril où cette jeune fille est en retard, elle croise les yeux d’un bel inconnu dans le tram et le lendemain, elle découvre sa photo placardée en de nombreux endroits avec un lieu et une heure de rendez-vous. Nébuleux (!), n'est-ce pas ?

S’ensuit une aventure mêlant astucieusement passé et présent, dans une chronologie non linéaire qui ne nuit pourtant pas à la compréhension du récit.

L’atmosphère est pesante et le malaise palpable force le lecteur à s’interroger tandis que les indices semés çà et là permettent, petit à petit, de reconstituer le puzzle du récit. Une "promenade" d’une élégance rare qui emmène un lecteur consentant, et bien vite charmé, le plus souvent à Montpellier et à Berlin, en compagnie de cette jeune fille qui se demande si elle doit croire en la véracité de ses visions cauchemardesques…

Comment un roman d’une telle qualité est-il si peu mis en évidence sur le net alors que d’autres, nettement moins bons, font recette ? Là est la question.

"Mon cœur hésita entre s’arrêter et exploser.

Il ne fit ni l’un ni l’autre, je continuai à vivre.

Mon esprit se mit à délirer." [p. 21]

Un conseil : laissez-vous tenter. Un véritable régal. Un coup de cœur pour moi, en tout cas. Le genre de roman dont on tourne la dernière page à regret. Dieu (!) merci, le deuxième tome va suivre...
 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×