L'avis de Westley D. Northman, blog la maison du vampire

L'avis de Westley D. Northman, blog la maison du vampire

Côté face, Anne Denier

Publié le 10 avril 2012 



Mon avis :
 
Côté Face d’Anne Denier.
 
Cela fait plusieurs mois que j’en entends parler, que je lis les avis différents qui sont postés sur la toile. Les positifs comme les négatifs. Je n’ai finalement pas pu résister longtemps à l’appel du roman qui a fini dans mon Kindle pour une lecture éclair. J’ai passé un peu moins d’une quinzaine d’heures à le lire (nuit blanche d’ailleurs) alors que je manque cruellement de temps. D’ordinaire il me faut au moins une semaine pour parvenir à me poser suffisamment longtemps pour lire un roman.
 
Je voudrais d’abord remercier Anne. Tu sais pourquoi je te remercie, pour ton aide et nos conversations. Crois-moi, après cette lecture, nous allons en avoir d’autres. J’ai tout plein de questions et je lirais le 2 !
 
Passons maintenant à ma chronique. Je l’écris une heure après la fin de ma lecture. Il m’a fallu bien trois quart d’heure pour blanchir trois pages A4 de mes gribouillages. Je reprends donc mes notes de lectures + mon avis de fin de lecture et voici mon commentaire détaillé. Bonne lecture.
 
Lorsque l’on plonge dans Côté Face, on se heurte d’abord à la vie d’une jeune fille d’une vingtaine d’années tout juste, qui va en cours, est insupportée par le chien de son petit frère, se chamaille avec ce dernier et a des relations tendues avec ses parents. (Petite note au sujet de la maman de l’héroïne… : je la trouve très touchante. Elle m’a vraiment beaucoup touché).
Bref, au premier coup on se dit : pas de quoi fouetter un chat. Et bien on change très vite d’avis. La plume (sur laquelle je reviendrais plus tard), mais surtout l’histoire.
L’intrigue menée tambour battant par Anne Denier est brillante, brillante par son aspect très déroutant. En effet, ce n’est pas un roman habituel. J’ai partagé les sentiments de l’héroïne avec une force nouvelle.
Ce roman parle, entre autres choses (je ne voudrais pas spoiler) de vie antérieure (mais je trouve que cette phrase est trop restrictive, car Côté Face c’est tellement plus. Tellement plus !) le sujet me plait déjà beaucoup, donc j’ai rapidement été attiré par l’histoire et je suis entré dedans sans problème. J’ai pris plaisir à tenter de démêler le vrai du faux, les théories de la vraisemblance. Et Anne est très forte pour nous emmêler les pinceaux. J’ai échafaudé tellement de théories que maintenant que j’ai terminé le bouquin, je sais que c’était complètement tiré par les cheveux.
Mais j’aime quand un roman me fait réagir, au-delà même de ce que je suis capable. Je ne partage pas la même vision que l’héroïne, je suis très différent d’elle. Et pourtant, je suis parvenu à partager sa détresse psychologique et physique. Car il ne faut pas le nier, Anne Denier ne nous épargne pas sur ce point. Elle nous blesse au même titre que son personnage principal. Elle lui en fait baver, elle nous en fait baver. Toute l’histoire se déroule dans une ambiance froide voire glaciale, dérangeante et sombre. Merci.
 
Je me suis aussi fait une remarque. J’aime beaucoup l’importance que revêt « le temps » dans ce roman. Souvent le chapitre commence par « j’étais en retard », « j’étais en avance », etc… Comme si cette notion temporelle avait un impact que le lecteur ne soupçonne pas.
 
Les personnages sont tous très aboutis. J’ai trouvé très intéressant de constater que nous ne connaissons pas le prénom du personnage principal. Nous voyons tout ce qui se passe à travers ses yeux. Mais JAMAIS il n’est mentionné son prénom. (A moins que cela m’est échappé, mais j’ai un doute. Peut-être n’ai-je pas noté ce passage…) C'est un défi relevé avec brio et qui donne une sensation de mise à l'écart.... encore un point qui donne à "Côté Face" son aspect si... déroutant !
 
Le style de l’auteure est simple, frais et en même temps suffisamment recherché lorsque c’est nécessaire. Je pense aux passages de vie antérieurs où l’on voyage avec … (je peux rien dire) on ne peut pas s’empêcher de se dire « Bah elle connait son sujet. »
D’autant que ces passages sont insérés entre les chapitres de la vie « présente » de l’héroïne. Ah et à ce sujet, pour ceux qui, comme moi, ne font pas trop attention aux titres de chapitres et/ou aux indications sous ce titre, prenez garde ! En lisant Côté face, cela devient nécessaire. J’ai rapidement du m’y mettre pour ne pas être perdu. Et alors, c’était devenu parfait.
 
Je reste cependant avec une mini-déception. J’aurais tellement aimé que la « confrontation finale » entre 1 – 2 et 3 (je ne peux pas donner de nom) soit plus longue. Mais bon ça c’est moi… et cela n’engage que moi.
 
Un roman qui demeure donc pour moi un véritable coup de cœur. Je savais qu’il était bien pour avoir lu suffisamment de chroniques sur la blogosphère, mais là… je ne m’y attendais pas. Pas à ce point.
J’ai été carrément incapable d’arrêter ma lecture. Qu’importe la fatigue ou bien que l’heure de se lever pour aller bosser approche. Je ne pouvais pas fermer mon Kindle.
 
Je le dis, je ne sors pas indemne de cette lecture. Je me pencherai dès que possible sur Noce de Lune (le tome 2 à paraître bientôt).
 
Petit message à Anne : Bravo et merci !
 
Petit extrait qui m’a beaucoup plu et que je tenais à faire partager :
 
«  « — Je vous la kidnappe ! »
Maman devint livide. Je me crispai. Lui-même se rendit compte de son erreur. On ne parle de pas de cordes dans la maison d’un pendu ».
 
Allez savoir pourquoi… lol



Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×